Forces et fragilités de la recherche en sciences de l’éducation

Je vous propose une réflexion, d’ordre plus global, sur la recherche en sciences de l’éducation, marquée par la diversité. Je m’intéresserai, d’une part, aux tensions qui la traversent et, d’autre part, au pluralisme méthodologique qui la singularise.
Mais il me faut d’abord souligner la variété des logiques et types de recherches. Certaines, commanditées par les acteurs sociaux ou les institutions et généralement réinvesties par le corps social, donnent lieu à des interprétations, réappropriations ou traductions. La recherche ne se réduisant à répondre à la demande sociale (Max Weber, 1959) d’autres recherches, dites fondamentales, s’inscrivent dans une logique de production de savoirs. D’autres encore, qualifiées de praxéologiques, qui portent sur le « comment faire », sont plus proches de la demande de terrain et de la résolution de problèmes. Elles construisent des outils conceptuels pour l’action et proposent parfois des ingénieries. Des recherches philosophiques élaborent, elles, à des fins de propositions critiques, des savoirs validés par la cohérence interne du discours.
Ces différentes logiques reflètent les trois fonctions de la recherche …

Téléchargez la publication complète
FORUM 142. Oct 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *